Institut Khyèntsé Wangpo

Institut d'études bouddhiste et dzogchèn
S'inscrire à l'annéeVoir les prochains événements

Présentation de l’Institut

L’Institut Khyèntsé Wangpo – Études bouddhistes et dzogchèn – a pour vocation de faire connaître le bouddhisme et le dzogchèn de façon traditionnelle suivant une approche moderne – de type cours universitaires – correspondant plus aux besoins actuels. Le cursus et les activités de l’institut ne sont pas uniquement destinés à un public de pratiquants bouddhistes ou dzogchèn, mais également à tous ceux intéressés par la philosophie et l’étude phénoménologique de l’esprit.

Pourquoi avoir choisi ce nom ? Jamyang Khyèntsé Wangpo était l’un des plus grands maîtres du 19ème siècle au Tibet. Son importante activité à l’orientation non sectaire, dont l’impact est encore présent aujourd’hui, a permis de préserver et de revivifier toutes les lignées du bouddhisme tibétain. Voici donc l’esprit de l’institut : donner à tous un accès universel au bouddhisme et au dzogchèn, sans distinction de courants ou d’écoles.

Aujourd’hui, deux cursus sont en cours à l’Institut : le cursus Shédra – collège d’études philosophiques, en 6 ans – et le cursus Droudpra – collège d’études de pratique, en 10 ans.

Le cursus d’études philosophiques de l’institut (shédra) porte sur six années d’enseignement. L’inscription peut se faire en tant qu’étudiant à l’année ou en auditeur libre. L’alternance entre études des textes fondamentaux et réflexion sur leurs commentaires permet de clarifier et d’approfondir la compréhension de l’enseignement du Bouddha et du Dzogchèn. La connaissance des grands textes est indispensable également pour une pratique correcte et authentique de la méditation.

Le collège de pratique (droupdra) est réservée aux étudiants du shédra ayant été reçus à l’examen final. Ce cursus de dix années, fondé sur l’alternance de l’étude de la pratique, a pour objectif d’amener les étudiants à intégrer les connaissances issues de leurs études dans leur pratique : le point clef est de permettre à chacun d’auto-évaluer sa pratique méditative à la lumière de ses connaissances.

Extraits vidéos